Un mois au Canada : mes premières impressions

Un mois au Canada : mes premières impressions

Hello!

Après un mois de vie au Canada, j’ai décidé de vous livrer mes premières impressions sur la bête. Je vais classer cet article par grande catégorie pour le rendre plus lisible. Il y a des choses auxquelles je ne me suis pas faites pour l’instant, et d’autres qui sont très appréciables! Je me lance sans plus tarder.

La nourriture

Pour ceux qui me connaissent, c’était une de mes préoccupations n°1 en changeant de pays. Evidemment, quitter la France pour l’Amérique du Nord implique nécessairement de baisser son niveau d’exigence, aussi bien en terme de qualité que de variétés. J’étais agréablement surprise par l’offre en terme de nourriture qu’on pouvait trouver ici. Ayant déjà été aux Etats-Unis, je m’attendais à retrouver les mêmes mantras: peu de légumes, du pain ou autres dérivés à tous les repas, des repas sur le pouce, des compositions douteuses, des frites, beaucoup de FRITES. En réalité, ici, les supermarchés regorgent de fruits et légumes et il est relativement facile de manger sain et équilibré tous les jours. J’ai aussi été étonnée de la facilité de manger végétarien dans tous les restaurants.

Le pays est très bien adapté pour les intolérances et les régimes particuliers, ce qui est très appréciable. Par contre, il est vrai que les plats généralement sont constitués d’un sandwich sous toutes ses formes possibles et inimaginables (pain pita, burger, tacos…) et de frites et/ou salade. Et bien sûr, on mange toujours autant sous le pouce! Leur rapport à la nourriture est très particulier. On a l’impression de devoir manger tout le temps. Une conférence à 18h, on vous distribuera des sandwichs avant! Et ça sent la friture, en permanence.

De façon générale, la société de consommation est à quelques détails près la même qu’aux Etats-Unis, ce qui fait que pour l’instant, je ne me vois pas trop y vivre. On achète, on achète, on pollue. Il y a énormément de voitures qui circulent dans les villes à toute heure de la journée et les Canadiens n’ont pas trop pris le pli de l’écologie au quotidien. Rien qu’emporter un sac réutilisable pour faire ses courses par exemple. Sur ce point-là, j’étais un peu déçue. Grande fan des pays scandinaves, j’ai longtemps cru que le Canada était la version américaine de l’Europe du Nord. Sauf que pas du tout, la seule similarité qu’ils partagent, c’est le froid.

La vie quotidienne

Pour ce qui est des facilités de la vie quotidienne, il est vrai que la majorité des magasins sont ouverts très tard, parfois même 7/24. Il n’y a aucune notion du temps ici, un dimanche est un lundi comme un autre, 5h du matin est le 18h de certains. C’est pratique mais en même temps oppressant: la ville ne dit jamais stop. Je ne me résous toujours pas à faire mes courses le dimanche haha.

L'université

Je suis étudiante à l’Université d’Ottawa. A priori, il s’agit d’une « bonne » université. Le campus est immense, et le quartier où j’habite est constitué de 80% d’étudiants. Force est de constater que l’on peut manger partout, absolument partout. Dans chaque bâtiment il y a une cafétéria ou un foodtruck: nourriture mexicaine, hotdog, repas végétarien, salade, sandwich, sushis. On y trouve également un supermarché, la boutique de l’université, deux immenses salles de sport, une piscine, une bibliothèque…Un vrai campus à l’américaine où on ne manque a priori de rien, à part peut-être un peu d’espace vital. Parce que le campus est bondé tout le temps et l’allée principale ressemble à la cohue un premier jour de soldes.

Quant aux cours, l’ensemble est assez light. Les élèves sont ultra-entourés, on peut poser une question à un prof à n’importe quelle heure, lui envoyer un SMS, aller discuter de son travail à rendre…La relation avec les profs est tellement cordiale, c’en est presque déroutant. Une prof nous a même proposé de l’appeler par son prénom. Avec 15h de cours par semaine et un niveau pas excessif, je suis loin d’être débordée, mais ça tombe bien, c’était un peu le but de cette année.

Et les canadiens dans tout ça?

A première vue, les Canadiens sont ouverts et prêts à t’aider. Dans chaque magasin ou restaurant, on a droit au « How are you doing? » à chaque interlocution. En tant qu’étudiant en échange, je n’ai pas vraiment eu l’occasion de rencontrer des étudiants canadiens, mais c’est aussi le cas de beaucoup de mes amis ici. Néanmoins, si les Canadiens sont sympathiques, je trouve que ça peut frôler l’hypocrisie des fois. Il est très rare que l’on m’ait dit « merci » quand je tenais la porte à quelqu’un par exemple. Mais de façon générale, on juge beaucoup moins ici sur l’apparence, la façon de parler…mais ça c’est une pratique typiquement française haha. C’est vrai que les gens sont assez cool, rien que dans le dress code de l’université: en plein septembre les gens se baladent en short et en tong comme s’ils allaient à la plage!

Par contre, les Canadiens sont lents, horriblement lents. Si en France, on est trop stressés, ici c’est tout l’inverse. Les Canadiens sont zen au possible, tellement zen que ça en devient énervant.

Je trouve aussi qu’au Canada les gens ont une notion différente de la pudeur. Non pas qu’ils s’exposent sans vergogne devant tout le monde, mais les gens sont plus bruyants, il y a moins de gêne et de retenue. Les gens sont moins respectueux des hiérarchies ou des institutions. Par exemple, les élèves font des aller retour en permanence en plein milieu du cours pour prendre un appel, aller aux toilettes, faire une pause. Ou encore, ils interrompent le prof en plein milieu d’une phrase pour faire une « blague ».

Après le Canada reste une société très ouverte socialement parlant et plutôt progressiste! C’est un pays très multiculturel: on croise de toutes les nationalités ici.

Et les premières neiges en octobre?

Niveau météo je ne m’attendais à rien, mais je n’étais quand même pas préparée aux 32 degrés fin septembre! A ce que j’ai lu, les températures devraient se stabiliser autour de 20 pour les prochaines semaines, mais les deux dernières étaient suffocantes haha. Donc pour l’instant, je ne souffre pas du froid mais l’hiver arrivera vite!

En tout cas, c’est une expérience très enrichissante. Je profite pleinement de chaque instant, je découvre des choses extraordinaires et je rencontre des gens des quatre coins du monde. Cahque jour, j’apprends beaucoup sur moi aussi et j’ai hâte d’en découvrir encore davantage.

Je vous laisse avec quelques photos de Montréal et d’Ottawa,

Bisous,

Mathilde



1 thought on “Un mois au Canada : mes premières impressions”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *