Merci 2018 !

Merci 2018 !

A l’aube de 2019 bout forcément en moi l’envie du bilan. De 2018, je retiens la fin de mon échange au Canada, mes premiers pas dans le monde professionnel, des nouvelles rencontres, des nouvelles passions. J’ai rencontré des gens qui ont redéfini ma conception de beaucoup de choses : la maturité, les relations, l’amour, la jeunesse. Il y a eu des déceptions, mais aussi des leçons. Des voyages à travers la France, des retrouvailles. Des concerts, de la musique, du chant, de la danse. Beaucoup de cuisine et de découvertes culinaires. Des centaines et des centaines de verres partagés. Des terrasses, des soirées au cinéma, des chutes de neige, des canicules.

2018 a été mon année la plus riche pour l’instant, aussi bien en termes professionnels, scolaires et personnels. J’ai l’impression de m’être enfin trouvée, d’être heureuse, de savoir poser des mots sur ce que je ressens et sur ce que je suis, au fond de moi. Aussi, je suis entourée des personnes les plus géniales au monde et je chéris chaque jour la chance ainsi que le courage que j’ai pu avoir, d’enfin éliminer la toxicité de ma vie.

2018 a été l’année de la confiance en soi et de la redécouverte. 2019 sera celle des projets et la concrétisation.

Et vous, quel est le mot d’ordre de votre 2019 ?

A 2018, et une meilleure année 2019 encore à venir. Je vous souhaite à tous de finir l’année en beauté et pourquoi ne pas profiter de ces derniers jours pour réaliser un rêve, une lubie, une folie ? Au 1er janvier, on peut tout recommencer.

 

Je vous partage ici un texte que j’avais écrit il y a un mois de cela et qui résume parfaitement mon état d’esprit aujourd’hui, la vie devant moi, avec pleins d’idées derrière la tête et beaucoup d’excitation pour l’avenir. 

Montaigne disait que « si la vie n’est qu’un passage, sur ce passage au moins, semons des fleurs. » Des fleurs j’en sème, à tout bout de champs, à tout bout de souffle. Je me saoule avec les graines de chaque projet que je vois germer. Je m’enivre des odeurs de la réussite et du parfum de l’épanouissement. Je cultive dans mon jardin tout le bonheur que la vie aujourd’hui a choisi de faire éclore en moi. La volupté de l’enrichissement intellectuel, le plaisir des rencontres, la richesse des échanges. Je me nourris de tous ces gens que je croise, de ceux qui resteront des inconnus et de ceux que j’apprendrais à connaître. Je bois chaque parole d’une traite, comme un sportif assoiffé, jusqu’à en avoir l’estomac qui déborde. J’aime cette sensation d’être enfin moi, à ma place, là où j’ai toujours aspiré à être, là où j’ai toujours dû être. J’apprivoise ce sentier sinueux sur lequel il fait enfin bon marcher. Sur lequel mêmes les ronces ne sont plus un obstacle insurmontable, mais une leçon salutaire. Je joue avec les pierres et je trébuche sur leurs amas. Mais je ne tombe pas, je ne tombe plus. Je me retiens aux branches des arbres, et ce ne sont plus des vieux chênes, des vieux hêtres qui tirent la gueule jusqu’à par terre. Ce sont des arbres jeunes, qui ont la vie devant eux. Un peu comme moi. J’ai la vie devant moi. J’ai des papillons au creux du ventre et des fourmillements dans les mains. Des décharges électriques qui me démangent et me crient « va, tente, essaye, c’est ton moment, c’est ton tour, c’est à toi ». J’ai la félicité qui gangrène dans tout mon corps et même mon cerveau parfois, ne sait plus où donner de la tête. Je vis à cent à l’heure, j’aimerais faire dix choses à la fois, avoir les yeux poser sur mille endroits. Et parfois, je me pose comme là, je mesure le chemin parcouru. Je constate les dédales, les cicatrices, les labyrinthes, les fissures, les blessures. Je constate et je guéris. J’ai survécu à l’orage. Aucun nuage ne vient obscurcir la route que j’ai choisie. Le temps est incertain, il le sera toujours. Mais aujourd’hui je regarde devant moi. Le ciel est bleu.

 

Mathilde



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *