Sortir de sa zone de confiance

Sortir de sa zone de confiance

S’il y a bien une chose qui est super dure à déranger, ce sont nos habitudes. « On ne change pas une équipe qui gagne » me direz vous. Oui mais non, des fois il faut accepter de faire bouger un peu les lignes.

Je crois qu’il est vraiment très facile de se morfondre dans son propre quotidien en fermant les yeux sur ce qu’il y a dehors. Je ne pense pas que ce soit par méconnaissance, simplement par flemme. Parce que, qu’on se le dise, l’adaptation des fois ça prend de l’effort et du temps. Temps que l’on n’a pas forcément envie de consacrer à changer de bar favori ou de ligne de bus.

« Apprends à sortir de ta zone de confort » est probablement l’adage que j’ai le plus entendu tout au long de ma vie. Comme si me plaire dans mon quotidien me collait à la peau. Je crois que de mon côté j’agis beaucoup par peur. Peur de l’inconnu évidemment, mais aussi peur de ne pas réussir à m’adapter dans un nouveau décor. Ce que j’ai appris ici au Canada, c’est que des fois l’imprévu a du bon. J’ai déjà poussé mes barrières plusieurs fois depuis mon arrivée ici, même si cela peut paraître dérisoire pour certains.

Parce qu’évidemment, il y a des gens pour qui c’est beaucoup plus facile. Il y a des gens qui vous diront « il y a quoi de compliqué à aller à une soirée où tu connais personne? ». Bah pour moi ça l’est! Quand on est timide, ça l’est! Donc je dirais qu’il ne faut pas se fier à l’expérience ni aux conseils des autres. Personne n’est dans votre tête, personne ne sait comme vous fonctionnez. Pour moi, sortir de sa zone de confiance sont des choses aussi basiques que: partir en vacances avec des amis à la dernière minute, prendre le bus seule dans une ville que je connais depuis un jour, aller faire des activités toute seule ou encore aller à une soirée où je connais personne. Alors des fois il y a des ratés! Mais même dans ces moments-là où on se dit « j’aurais mieux fait de rester chez moi comme d’habitude », on a déjà fait un pas. Sortir de sa zone de confort permet d’être acteur de sa vie, plutôt qu’un simple spectateur. On a l’impression d’agir pour une fois, de sortir de la passivité. Dans une société où tout avance trop vite, on a l’impression de finalement prendre le contrôle. On dit stop à ce rythme effréné. Stop aux idées préconçues et aux diktats qu’on nous impose. “

« Pour frayer un sentier nouveau, il faut être capable de s’égarer. » (Jean Rostand)

On entend partout des discours pro-« sortie de sa zone de confort ». Partout on nous martelle que le changement a du bon. Que c’est dangereux de rester dans sa routine. C’est presque devenu une mode. Mais pourtant, est-ce que c’est réellement utile? Est-ce que le discours dominant ne serait pas un peu à nuancer ? Parce que des fois, si notre instinct nous dit de ne pas y aller, il n’a pas toujours tort. Des fois, je trouve que sortir de sa zone de confort est tout simplement inutile. A quoi ça sert de changer de trajet, si je mets plus de temps pour rentrer? A quoi ça sert de me forcer à sortir si je sais que je ne m’entends pas avec les gens invités, si je sais que ça ne va pas me plaire. Bien sûr, il faut se laisser surprendre. Mais il y a des choses qui sont courues d’avance. Et je crois que certaines personnes ont du mal à concevoir que des fois, c’est bien de rester dans sa zone de confiance. Si on se plaît tant dans notre quotidien, pourquoi serait-on obligé d’en sortir? Est-ce que ce ne serait pas une excuse, pour ceux qui ne sont pas bien dans ce qu’ils ont? Un échappatoire pour combler un vide? Je suis heureuse dans la vie que j’ai, pourquoi me forcer, provoquer un destin que je ne veux pas forcément?“

« On roule confortablement sur l’autoroute de la vie, protégé par la ceinture de sécurité de nos certitudes et l’air-bag conducteur de la routine. » (Dave Barry)

En tout cas ce qui est sûr, c’est que si je n’étais pas sortie de ma zone de confiance, je ne serais pas au Canada maintenant. Je ne serais pas partie de l’autre côté de l’Atlantique seule, moi qui suis habituée à être très entourée de ma famille (et qui n’avais jamais fait de lessive seule avant ses 20 ans lol). Je n’aurais pas non plus ouvert ce blog, parce que j’aurais continué à me dire que je n’apporterais rien de plus à la blogosphère. C’est peut-être le cas après tout haha, mais c’est mon plaisir, mon échappatoire et je m’y plais bien. Je n’aurais pas rencontré autant de personnes. Je trouve que sortir de sa zone de confiance permet de se reconnecter avec soi-même. On en apprend beaucoup sur soi, beaucoup sur nos capacités. On apprend à beaucoup se débrouiller. J’ai beaucoup appris sur ce que je recherchais chez autrui. Sur les types de personnalités qui me correspondent. J’en ai appris sur ma faculté à m’adapter, à prendre sur moi et à aller vers les gens.

Et toi tu sors quand de ta zone de confort ? 

 

Ca fait plusieurs mois que je n’avais pas posté de tenue look. Autant vous dire que j’ai dû un peu souffrir du froid pour celui là lol, l’automne canadien oblige. Le températures négatives commencent à se stabiliser et on attend tous l’arrivée de la neige. En tout cas, c’est l’occasion de ressortir les pulls doudou et les bottines. Le rouge est ma nouvelle couleur. Moi qui aimais le rose, j’ai tendance à dire que c’est mon « rose d’adulte ». J’ai ressorti les chaussettes pailletées et les juxtapositions de bijoux. J’ai toujours été une fan de juxtaposition de bijoux, j’avais jusqu’au lycée une collection impressionnante de bracelets de vacances que j’ai symboliquement coupée avant les études sup. Et puis mon éternel sac Lancaster bordeaux que j’ai dû quitter deux fois grand maximum depuis que je l’ai. De toute façon, la place dans ma valise était limitée pour en emporter d’autres haha.

Pull BoohooPantalon effet daim ZaraBottines Truffle sur BoohooColliers StradivariusSac LancasterChaussettes H&M (même si les kings des chaussettes à paillettes restent Calzedonia)

 

A bientôt,

Mathilde



1 thought on “Sortir de sa zone de confiance”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *